Né en 1991 — France
Vit et travaille à Paris

Mêlant peinture et dessin, ma pratique présente des compositions jouant sur la lumière, le mouvement et le hors-champ. Chaque œuvre dévoile un paysage imaginaire régi par des phénomènes en lien avec la nature : érosion, éruption, fusion, croissance. Dans un processus initialement proche d’une écriture automatique pendant laquelle la matière s’accumule sur la toile, je cherche à révéler des zones de confrontation, de frottement. Ces zones sont exprimées par un cadrage déterminant une silhouette, parachevant ainsi la formation d’une figure. La peinture réside alors à la frontière de deux états, la frontalité d’une abstraction et l’illusion de l’objet représenté.

Ces «micro-géographies» évoluent dans un espace qui s’étend en dehors de la toile. Elles entrent généralement dans le cadre par le bas, établissant ainsi un axe haut/bas, un sol d’où émergent des entités. Nous percevons des saillies dont l’origine reste invisible à nos yeux, les épiphénomènes d’une mère nature parallèle à la nôtre, artificielle, régie elle aussi par la gravité, la lumière, le temps. Les œuvres font le récit de cette matière vivante, en mouvement, face à laquelle le regardeur est un témoin de passage.

Au-delà de l’image, ce travail questionne notre relation au monde. Cette relation, nécessairement subjective, est abordée par la perception, phénomène actif dépassant le simple stade rétinien. Que mobilisons-nous par le regard ? L’information, d’abord visuelle, s’enrichit en passant à travers une série de filtres : sensibilité, culture, mémoire, etc. Ces filtres, personnels ou collectifs, font de l’œuvre un point d’entrée d’où émanent de multiples interprétations possibles. L’observateur communique avec la forme ; s’engage alors un échange entre surface et signification. Les volumes circulent, l’œil glisse, s’arrête ; un sentiment d’impermanence contredit l’immobilité apparente du tableau.

Plusieurs temporalités se mélangent dans l’intervalle du regard. Les scènes nous invitent à plonger dans notre bibliothèque mentale de formes et de situations vécues afin de créer des connexions avec le réel. Nous explorons au présent un territoire inconnu qui entre en écho avec nos souvenirs. La contemplation est cet instant suspendu entre ce qui a déjà été et ce qui sera. Elle est un acte de partage entre deux mondes.