Né en 1991 — France
Vit et travaille à Paris

Ma pratique présente des compositions jouant sur la lumière, le mouvement et la couleur. Chaque œuvre est une expérimentation au plus proche de la matière, questionnant ses qualités physiques et esthétiques propres ainsi que les outils lui étant ordinairement affiliés. Dans un processus en évolution constante, la couleur s’accumule sur la toile, s’étire puis s’efface dans un série de cycles successifs. La forme finale de la peinture est le résultat d’un protocole jonglant entre hasard et contrôle, un point d’équilibre dans le temps et dans l’espace, une apparition.

Au-delà de l’image, ce travail questionne notre relation au monde. Cette relation, nécessairement subjective, est abordée par la perception. Que mobilisons-nous par le regard ? L’information, d’abord visuelle, s’enrichit en passant à travers une série de filtres : sensibilité, culture, mémoire, etc. Ces filtres, personnels ou collectifs, font de l’œuvre un point d’entrée d’où émanent de multiples interprétations possibles. L’observateur communique avec la forme ; s’engage alors un échange entre surface et signification. Les volumes circulent, l’œil glisse, s’arrête ; un sentiment d’impermanence contredit l’immobilité apparente du tableau.

Plusieurs temporalités se mélangent dans l’intervalle du regard. Les scènes nous invitent à plonger dans notre bibliothèque mentale de formes et de situations vécues afin de créer des connexions avec le réel. Nous explorons au présent un territoire inconnu qui entre en écho avec nos souvenirs. La contemplation est cet instant suspendu entre ce qui a déjà été et ce qui sera. Elle est un acte de partage entre deux mondes.